actualités

Actualités

BEM–TE–VÍ

du 20 mai au 30 juillet 2017, ANCIENNE ÉGLISE, 1912 Leytron
Vernissage SAMEDI 20 MAI 2017, dès 17H00, en présence de l'artiste

Arrivé au terme de sa phase pilote,
CREATIVE VILLAGES a le plaisir de vous convier à une série d'événements,
le SAMEDI 20 MAI, dès 17:00

vernissage de l'exposition BEM–TE–VÍ
une installation in-situ de Carmen Perrin
à l'ancienne église de Leytron
partie officielle à 17:45

 

ce vernissage sera précédé de la performance
PEU ROSE de François Dey,
avec Aram Kamali Sarvestani (composition), Corentin D'Andrès (organiste)
à 17:00 à l'église de Leytron

présentation du projet participatif
TROC COMME ALTERNATIVE DE VIE
de Francisco Camacho
dans le KIOSQUE A CULTURE
de l'artiste Fabiana de Barros
sur la place de l'ancienne église de Leytron

projection en continu des épisodes Creative Villages I, II et III
réalisés par Stéphane Darioly, en collaboration avec Canal 9

Plus d'informations sur les dates, heures d'ouverture et le programme
bientôt en ligne sur www.creative-villages.ch

date de publication
27-04-2017

Lignes de forces

du 17 mai au 18 juin 2017, PAVILLON SICLI, Route des Acacias 45, 1227 Les Acacias
Vernissage MARDI 16 MAI 2017, 16H00, en présence de l'artiste

LIGNES DE FORCES
Ouvrage inspiré par l’architecture remarquable du Pavillon Sicli, l’installation Lignes de forces, de Carmen Perrin, fait corps avec l’espace d’exposition. Jouant de la lumière, l’artiste explore et révèle la structure du bâtiment issu de techniques novatrices pour l’époque (1968-1969) mises en œuvre par l’ingénieur Heinz Isler. De sorte que l’on découvre tout à la fois une pièce monumentale de Carmen Perrin et le Pavillon Sicli dans sa vocation d’espace culturel.
Commissaire de l’exposition: Lorette Coen
En savoir plus sur ce projet

L’ASSOCIATION PAVILLON SICLI
L’Association Pavillon Sicli a vu le jour en février 2017; elle est portée par ses cinq membres fondateurs: la FAI (Fédération des architectes et ingénieurs de Genève), la FMB (Fédération genevoise des métiers du bâtiment), la HEAD (Haute école d’art et de design de Genève), HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève) et la MA (Maison de l’architecture de Genève). L’exposition Lignes de forces est l’occasion d’inaugurer ce nouvel espace culturel genevois qu’est le Pavillon Sicli, aujourd’hui dévolu à l’architecture, l’architecture d’intérieur, la construction, l’architecture du paysage, l’urbanisme, l’ingénierie et au design.


L'Association Pavillon Sicli et Carmen Perrin se réjouissent de vous convier à l’inauguration du Pavillon Sicli ainsi qu’au vernissage de l’exposition Lignes de Forces.

MARDI 16 MAI 2017 — 16H00 PAVILLON SICLI
Route des Acacias 45, 1227 Les Acacias

En présence de
Madame la Conseillère d’État Anne Emery-Torracinta 
Monsieur le Conseiller d’État Antonio Hodgers 

16h00 Introduction par Yves Leuzinger, directeur d’HEPIA et président de l’Association Pavillon Sicli
16h20 Allocution de Madame la Conseillère d’État Anne Emery-Torracinta
16h30 Allocution de Monsieur le Conseiller d’État Antonio Hodgers 
16h40 Verrée et visite libre de l’exposition en présence de Carmen Perrin 
17h30 Cocktail

L’exposition a lieu du 17 mai au 18 juin 2017
mardi à vendredi: 11h30—14h30 et 16h00—19h00
samedi et dimanche: 11h00—18h00 (fermé entre 14h00 et 14h30)
lundi: fermé

www.pavillonsicli.ch - info@pavillonsicli.ch 

date de publication
10-04-2017

carmen perrin — à forces

Du 19 janvier au 17 mars 2017, Art Bärtschi & Cie, Rue du Vieux-Billard 24, Genève
Vernissage le 19 janvier dès 18h, en présence de l'artiste

Les oeuvres présentées dans cette exposition prolongent sous de nouvelles formes des questions récurrentes dans mon travail. Comme, par exemple, la mise en évidence par la recherche scientifique qu'une force est imperceptible et qu'elle participe systématiquement aux mécanismes du vivant. Ce concept, étudié en science physique, résulte de l'interaction d'un objet sur un autre. Il a la capacité de combiner dans un même outil des phénomènes variés comme la tension, la pression, le frottement, le mouvement, ou des interactions à distance comme la force gravitationnelle, la force électrostatique ou la force électromagnétique qui nous permet de percevoir les couleurs. Mon vocabulaire plastique consiste à tenter de m'approcher d'un espace de coïncidences entre la connaissance, l'intuition et l'expérience. Ce qui nous force à penser sur nos expériences quotidiennes, c'est le rapport que nous entretenons entre notre corps, ses gestes et les multiples influences de la technique sur nos sensations et nos émotions.

 

... au lieu que l'idée se précise peu à peu il me semble au contraire, qu'elle est extrêmement précise dès le départ. Précise comme peut l'être une idée, c'est-à-dire pas comme une forme, mais comme une force exerçant une pression.
L'élargissement du poème, Jean-Christophe Bailly

 

« En art, ne s'agit pas d'inventer des formes mais de capter des forces. C'est même par là qu'aucun art n'est figuratif. » 
Gilles Deleuze dans Francis Bacon logique de la sensation, Edit. De la Différence, 1981

www.bartschi.ch

date de publication
19-01-2017

Carmen Perrin — Irréversibles

Du 3 novembre 2015 au 9 janvier 2016, Galerie Gisèle Linder, Bâle
Exposition avec Luzia Hürzeler

Irréversibles sont l'univers en expansion ou les mouvances de la vie qui se développent et nous enveloppent dans nos dedans et nos dehors. Comme les lignes extrêmement précises et aléatoires qui creusent la paume de nos mains ou les trajectoires provoquées par la collision des particules se heurtant à grande vitesse, pour chaque singularité, animale, minérale ou végétale, la durée dessine et improvise une cartographie spécifique. Une superposition de faisceaux constitués de lignes droites et courbes, nées d'une multitude de points mobiles devenus des cibles en mouvement.

Iréversibles, 2015
Dans cette exposition, le ressort est un élément mécanique dont la présence linéaire en tension se répète le long d'un support pour constituer une membrane qui en épouse la forme. Le mot inscrit dans le matériau par l'écartement des spirales, fait référence au geste irrémédiable qui déforme, transforme et laisse passer la lumière.

Vers cibles, 2015
L'utilisation de cibles pour le tir au pistolet s'est imposée par la simplicité du motif et la couleur du support. Cette oeuvre, qui explore la transformation perceptive d'un même motif selon la manière dont on l'organise dans un volume, travaille également le paradoxe entre l'intensité de cette couleur industrielle, la vibration produite par la superposition du motif qui n'est pas la même si on la perçoit de loin ou de près et la sensation d'une douceur quasi épidermique de l'ensemble.

Les Entrepiches, 2015 sont des montages d'images lenticulaires, constituées de la superposition de 2 images différentes, juxtaposées sur un même support plastifié. La stratification des images, entourées de paillettes colorées provenant d'une feuille de caoutchouc mousse glissée entre chaque couche, révèle un objet hybride. Ce dernier articule la dimension mécanique d'une image en mouvement qui prend la place d'une autre image quand on se déplace, avec l'apparence kitch et énigmatique d'un objet qui évoque dans la mémoire de ma petite enfance des objets fabriqués par les indiens aymaras en Bolivie lors de fêtes religieuses et à travers lesquels ils s'appropriaient et juxtaposaient subtilement le païen et le sacré.

Dessus/dessous et Dessous/dessus, 2015, sont des sculptures murales réalisées avec des images lenticulaires découpées et dont les fragments linéaires ont été mélangés et disposés aléatoirement. La question de l'image est mise au second plan pour travailler plus directement avec l'intensité lumineuse et chromatique présente dans la constitution du matériau. La technique du tressage permet de réaliser une surface plus ou moins tendue et bombée qui ouvre la sensation vers l'association d'un écran lumineux avec la profondeur d'une membrane organique.

Les Densités sont des perforations sur de minces feuilles en papier, imprimée industriellement par des motifs décoratifs qui envahissent et débordent du support. Pour réaliser ces oeuvres, les motifs imprimés ont été choisis en relation avec la manière dont le système de perforation les déconstruits et les déforme, pour arriver à assembler un bloc de 31 couches dont l'épaisseur produit plus la sensation d'une matière ou d'un matériau que la présence d'une image.

La petite fille aux canards, 2015
Ce fossile est un assemblage de 31 feuilles en bâche plastique, suspendues et distantes l'une de l'autre de quelques millimètres. Avant d'avoir été perforés, ces supports ont été imprimés avec une même image, issue d'un montage de deux photographies prises en 1957 à quelques secondes l'une de l'autre par mon père Alberto sur les bords du lac Titicaca en Bolivie.

Climaxes, 2013
Cette sculpture est constituée d'un montage entre des corps d'animaux en plastique représentés à l'échelle 1:1 et des boules en polystyrène. Il y a deux oies, un cormoran, un flamant rose et deux hérons. Habituellement, ces oiseaux que l'on trouve dans des magasins de chasse et de pêche, sont utilisés en tant qu'appelants pour la chasse ou de leurre pour, par exemple, dissuader des hérons venir manger les poissons dans les bassins d'un pisciculteur. Une cible piège et pointe.

Glisse, contourne et perce, 2015
Il s'agissait de tirer la sculpture vers le dessin tout en gardant le geste de la perforation qui devient un point reliant le tracée d'une ligne sur la feuille de papier. La perforation est un point d'arrêt, la ligne avance et contourne les trous pour devenir un parcours démultiplié qui traverse le support et, rhizomatiquement, progresse. Que la ligne soit courbe ou droite, la couleur envahit la feuille en répartissant ses lignes d'une manière homogène, comme pour devenir une couche superposée à une précédente et qui sera à son tour partiellement recouverte par la suivante. Chaque dessin est la cartographie d'une durée et le moment d'une fragilisation du papier qui fait progressivement glisser la dimension du dessin vers celle d'un palimpseste.

Carmen Perrin, octobre 2015

 

Galerie Gisèle Linder GmbH
Elisabethenstrasse 54
CH-4051 Basel
Tel +41 61 272 83 77
galerie@galerielinder.ch
www.galerielinder.ch

 
date de publication
28-10-2015

Prix Culturel 2015

Le 17 septembre 2015 au Théâtre Vidy à Lausanne, Carmen Perrin a reçu le Prix Culturel 2015 pour les Arts Plastiques attribué par la Fondation Leenaards.

www.leenaards.ch/#culture-prix 

date de publication
15-10-2015

exposition personnelle

du 7 mars au 16 mai 2015
à la maison de l'amérique latine, paris
et à la galerie Catherine Putman, paris

Une nouvelle monographie consacrée à Carmen Perrin paraîtra le 6 mars 2015. Très illustrée, elle documente près de 90 œuvres créées au cours des quinze dernières années. Une place importante y est donnée aux interventions dans l'espace public et dans l'architecture, aux installations éphémères dans divers contextes architecturaux. Mais elle présente aussi des pièces d'atelier qui ont souvent un lien plus ou moins direct avec la manière dont l'artiste pense et intervient ailleurs.

Ce livre de 280 pages, publié par Till Schaap Edition | Genoud, sera présenté pour la première fois à l'occasion du double vernissage des expositions qui se tiendront à Paris à la Maison de l'Amérique latine et à la galerie Catherine Putman.

En Suisse romande, le livre sera d'abord lancé au Musée d'art de Pully. Il accompagnera une exposition personnelle à Genève en 2016, puis une exposition personnelle dans une institution de la ville de la Paz en Bolivie, lieu de naissance de l'artiste.

Plus d'infos: www.mal217.org et www.catherineputman.com

date de publication
10-01-2015

exposition smoking up ambition

du 27 août au 7 septembre 2014, Pavillon Siclo, Gevève

Participation à une exposition collective, accrochage de pièces des collections FMAC et FCAC.

Commissaire Donatella Bernardi, artiste, et Fabienne Bideaud, commissaire d'exposition.

Plus d'infos: www.pavillonsicli.ch

date de publication
28-08-2014
© carmen perrin